Shiba Toushi


Toushi est né le 12e jour du Cheval (12 août). Ses premières années furent paisibles. Il fit ses premiers pas dans le jardin fleurit de la calme demeure familiale. Un jour son père fut mandé pour régler un conflit entre un seigneur Akodo et Asahina au sujet d’une parcelle contestée. Les relations étaient tendues entre les Clans ; et la famille Shiba est réputée pour sa sagesse et son impartialité. Ce fut un très grand honneur pour Shiba Shuichi que de devoir traiter cette affaire délicate. Il employa tout son talent à cerner les tenants et les aboutissants d’une telle tractation. Durant de longues semaines Toushi ne vit presque plus son père, enfermé dans son bureau au milieu de parchemins quand il ne recevait pas les plaignants. Puis une cérémonie se prépara. Touchi était assis dans la grande salle, le long d’un mur latéral, un peu en retrait. En face de lui son père avait revêtu son kimono le plus précieux. Au centre de la salle se tenaient les deux seigneurs rivaux. L’un vêtu de bleu et paré de longues plumes d’un blanc éclatant, l’autre aux habits d’or et coiffé d’une crinière flamboyante. Derrière eux, un messager de l’Empereur, d’un vert chatoyant, était présent pour officialiser la décision. Quelques spectateurs étaient alignés le long des murs latéraux.

Le père de Toushi lut alors un parchemin à voix haute devant l’assemblée, usant de toute la prestance qu’il pouvait déployer en de telles occasions. Lorsqu’il eut fini, quelques rumeurs parcoururent la salle. Les deux seigneurs semblèrent déçu… L’oiseau bleu peut être un peu vexé car il pensait, plus que tout autre, être dans son bon droit. Des parchemins furent signés, scellés, puis remis aux deux partis ainsi qu’au messager impérial. Enfin, la salle se vida en bon ordre. Le temps sembla s’arrêter un instant dans la maison de Shiba Shuichi. Puis l’homme ôta sa coiffe de feu et regarda son fils tendrement. Un large sourire apparut sur le visage de Toushi. Son père était impressionnant et il allait enfin pouvoir passer un peu de temps avec lui.

Mon phenix

 

Nous sommes le 3e jour du Rat (3 Février). Toushi à 14 ans. Son kimono de laine est alourdi par la pluie qui tombe sans discontinuer depuis le petit matin. Toute sa famille et les voisins sont réunis. Sur le pallier, Isawa Yukino pleure dans les bras de son frère. Toushi s’avance, c’est à son tour de se recueillir devant l’hôtel. Ce soir, tous rendent hommage à Asako Masaru qui a rejoint ses ancêtres.

Les premiers souvenirs de son ami ramènent Toushi à une douce journée de printemps. Ses parents étaient invités par un oncle et c’est dans ce grand jardin que le garçon, qui devait avoir 7 ans, parla pour la première fois à l’impétueux Isawa Tenkoukai, de deux ans plus jeune que lui, à sa sœur aînée Yukino, plus réservée et au timide Asako Masaru. Dès l’or, et probablement depuis leurs berceaux même si les souvenirs font défauts, les quatre enfants passèrent le plus clair de leur temps libre ensemble à courir la campagne ou explorer les demeures avoisinantes. Yukino était la mascotte de leur équipe, la princesse à sauver. Tenkoukai toujours le premier à proposer les aventures les plus extravagantes. Masaru, souvent à la traîne, suivait avec courage le petit groupe. Toushi, prenant son rôle d’aîné très à cœur, veillait à ce que tout ce passe sans encombre.

Mais la froidure de l’hiver emmène toujours les plus faibles avec elle, et Masaru tomba gravement malade l’année de ses 13 ans. Les médecins firent ce qu’ils purent mais la santé fragile de Masaru ne réagit pas à leurs soins. Après plus d’un mois de délire, torturé par la fièvre, il finit par quitter cette vie pour la prochaine. Voila, en ce jour d’hiver pluvieux, les aventuriers de Yukibi Mucha amputés d’un de leurs membres.

stone of remembrance

La nuit était fraîche  L’hiver ne semblait pas vouloir quitter la montagne. La lune dessinait un fin sourire oblique dans un ciel sans étoile. On distinguait à peine les ombres des ruelles. Un vent froid saisit Toushi qui attendait blotti derrière des tonneaux. Voila qui était bien loin de ce qu’il avait imaginé pour ces retrouvailles. Une lumière s’alluma à une fenêtre et clignota trois fois. Toushi sortit alors de sa cachette et pénétra dans la demeure. C’était Isawa Mimiru, la mère de Yukino, qui venait de lui faire signe.

Depuis la mort de leur camarade, il y à quelques années, les deux jeunes gens s’étaient attachés l’un à l’autre. Leurs familles voyaient la chose d’un bon œil et il semblait naturel de marier les enfants lorsqu’ils seraient en âge. Toushi et Yukino attendaient la fin de leurs études non sans une certaine impatience. Mais lorsque Toushi eut passé son Gempukku et qu’il rentra au village retrouver sa bien aimée, il appris que Yukino était promise à un autre… La fête de son retour, bien que fort réussi, lui sembla comme une veillée funèbre. Il apprit qu’un seigneur du Clan de la Grue était venu en grand cortège dans la maison des Isawa pour demander la main de leur fille. Il avait offert en dote de fabuleux cadeaux et fait miroiter aux Isawa les faveurs de la cour. Ainsi le mariage fut décidé promptement et serait célébré dans les jours à venir. Le père de Toushi eut beau protester, il ne pouvait rivaliser face à de tels arguments. On dit aussi que le seigneur Grue fit courir des rumeurs peu flatteuses sur Shiba Shuichi. Dans la maison de Toushi, on reparla de ce litige entre Asahina et Akodo arbitré par Shuichi. Peut être était-ce une étrange manière des geais bleus de venger leur offense.

Voyant la détresse des deux amis d’enfance si soudainement séparés, Isawa Mimiru fit parvenir un mot à Shiba Toushi le priant de se rendre, à la nuit tombée, près du mur arrière de la maison. Elle prit soin de libérer les domestiques pour la nuit. Lorsqu’elle fut sure que toute la maison dormait, elle se rendit à la fenêtre, y alluma une lanterne et la masqua par trois fois. Aussitôt, le jeune bushi surgit des ténèbres et pénétra dans la pièce. Aussi rapide que silencieuse, Mimiru mena l’homme à l’entrée d’un salon et, s’assurant qu’il retrouverait la sortie, souffla la lumière et disparu dans les couloirs. Toushi entra et retrouva la belle Yukino. Un baisé, une dernière étreinte, et un adieu… Jamais ils ne devraient se revoir. Voila comment Shiba Toushi entra dans la vie d’adulte.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Blogger
  • Email
  • Netvibes
  • RSS

Post navigation

Laisser un commentaire